05/10/2006

La mafia socialiste comme chez elle à Charleroi

Visiblement certains on plus de mal à changer que d'autres. Les socialistes à Charleroi par exemple.

Leurs militants en tout cas, et les méthodes musclées style crapules mafieuses ne semblent pas leur poser de problèmes moraux, même contre une femme. C'est ce qu'a appris à ses dépends Fabienne Manandise (CDH), présidente de l'asbl "Jour après Jour" qui s'est fait rouer de coups et abandonner blessée par une équipe de colleurs d'affiches de Philippe Van Cauwenberghe (PS)(le fils de l'autre).

Saluons donc comme il se doit le fabuleux courage de ces militants socialistes qui se mettent à plusieurs pour tabasser une femme qui colle des affiches d'un autre parti, la beauté du geste de leur fuite laissant la victime agoniser en rue, le bel esprit que tout celà dénote, en un mot félicitation à ces gens, ils ont au moins le courage de montrer leur vrai visage. Quelle belle région.....

 

Il semblerait, dans le même registre des affiches électorales, que le fils de Jean-Claude Van Cauwemberghe ait le monopole de l'affichage. "D'après Germain Mariscotti, candidat MR et propriétaire d'une brasserie à Charleroi, une explication à ce sujet aurait eu lieu entre les deux hommes, calme selon Van Cauwemberghe mais sous la menace selon son adversaire politique. Il affirme d'ailleurs que des sympathisants PS l'ont menacé et fait semblant de dégrader sa terrasse. Cette guerre électorale n'a en tous cas pas lieu entre Olivier Chastel et Philippe Van Cauwemberghe qui se sont mis d'accord pour ne jamais cacher le visage de l'autre sur les panneaux électoraux."

Tout va très bien braves gens, nous sommes toujours en démocratie. Du moins dans la vision qu'en ont certains.

 

(ami lecteur certains passages de ce texte sont teintés d'une certaine ironie, saura tu les retrouver...?)

17:02 Écrit par Cerber dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.