29/08/2006

Banlieue Parisienne, bientôt en tournée à Bruxelles...

Pendant que des pompiers (vous savez, ces gens qui risquent leur vie quotidiennement pour un salaire de misère pour sauver des inconnus) venus secourir des victimes d'un incendie se font agresser, injurier et caillasser par des immigrés à Ganshoren, un autre immigré tabasse sauvagement un conducteur de la STIB en le rouant de coups de poings, celui ci avait eu le malheur d'OSER lui faire une remarque sur le volume de sa musique qui incommodait les passagers. Pour justifier son geste, il aurait "invoqué" une sois-disant "injure raciste". Inutile de préciser que l'agresseur, pris en flagrant délit, est déja dehors pendant que sa victime est à l'hôpital.

Dormez en paix braves gens, tout va bien au Royaume de Belgique....

20:23 Écrit par Cerber dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/08/2006

Bande dessinée

Pas trop de temps libre ces derniers jours,  voici donc quelques "blogs dessinés" assez sympas pour passer le temps:

 

- Boulet

- Monsieur Le Chien

- Lotte

- Maliki

11:39 Écrit par Cerber dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2006

Une pathétique haine ancestrale ou l'histoire de certains frustrés....

Quelques précisions   dont il serait utile que le milosevitch de Flandre se souvienne. Avant qu'il ne transforme notre pays en une nouvelle Yougoslavie à l'heure où une certaine Flandre insulte ouvertement la Monarchie Belge dans ce qui n'est qu'une campagne (pas très discrète) orchestrée par une certaine f(r)ange de nationalistes frustrés.

Je reprendrai en partie un edito de Paul Masson en guise de conclusion de ce sujet qui me donne la nausée: "Il n'y a guère, dans un livre qu'il consacrait au rêve de la Flandre (*), le journaliste Marc Reynebeau écrivait que, "dans cinquante ans, la Belgique ne sera plus qu'un site Internet. Ce que sera alors la Flandre dépendra seulement des Flamands".

Yves Leterme est plus pressé encore, puisque, dans son esprit, il ne donne même plus un demi-siècle de vie à un pays qui ne tient plus ensemble que par la monarchie, le football et quelques bières. Il aurait aussi pu ajouter, pour être complet, par la dette publique...

Sous des dehors civils, une diction française impeccable, des propos pacifiants et un sourire aimable, on a longtemps douté que le président du gouvernement flamand puisse cacher un nationaliste rabique et un ennemi de tout ce qui peut entraver le développement et l'indépendance de sa Région.

Avec des agressifs haineux comme Van den Brande ou d'autres énergumènes du Belang, on savait directement qui on avait devant soi. Leterme, lui, portait un masque qu'il soulevait discrètement de temps à autre et que, cette fois, il vient de laisser tomber - ironie de son choix -... dans un quotidien français.

Les combattants des Éperons d'or de 1302 ne rêvaient pas de liberté ni d'indépendance; ils voulaient simplement payer moins d'impôts. C'est ce qui les différencie de ceux qui, aujourd'hui, se réclament de leur victoire en espérant donner à la Flandre un statut d'État.

Malgré la mondialisation, malgré l'Union européenne, malgré le brassage des cultures, il existe toujours dans le nord de notre pays des rêveurs rétrogrades qui ne songent qu'à cultiver leur sentiment d'infériorité, à douter de leur culture, à s'isoler sur leur pré carré, aux dépens même de leurs intérêts économiques. Malgré les sondages populaires qui les contredisent, ils persévèrent. C'est pitoyable !

Ce qui est politiquement certain, c'est qu'en laissant définitivement tomber le masque, Yves Leterme a mis une fois pour toutes un terme à son ambition de devenir un jour Premier ministre !

(*) Marc Reynebeau. Le Rêve de la Flandre. La Renaissance du Livre.

16/08/2006

Le con du mois

Dans la série "j'ai pas de vie et je veux qu'on parle de moi même si la honte s'abat sur ma famille pendant 69 générations", je vous présente ce digne futur gagnant des darwin awards.....

19:16 Écrit par Cerber dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/08/2006

Des clefs pour comprendre

Dans le fouillis du monde arabe il est parfois difficile pour nous occidentaux de comprendre qui est qui et qui fait quoi. Voici un début de réponse par Alexandre Adler.

Texte tiré d'un article du Figaro:

 

L'énigme chiite, par Alexandre Adler

Le point de vue d'Alexandre Adler .
Le chiisme est aujourd'hui un véritable casse-tête pour les analystes. Qu'on en juge plutôt : les chiites libanais sont le fer de lance d'une offensive tout à la fois intégriste et panarabe dirigée contre Israël et, expressis verbis, contre les États-Unis. Dans le même temps, les chiites irakiens demeurent la base populaire la plus importante de la présence américaine en Irak. Les chiites du Pakistan, de l'Inde, du golfe Persique et de Turquie (les Alevis) sont au contraire les artisans de la laïcisation de l'islam. Et les chiites iraniens se disputent très ouvertement entre écoles théologiques rivales, dont certaines prônent une quasi-séparation du spirituel et du temporel, d'autres la théocratie la plus absolue.
 
Après tout, cette cacophonie n'est pas non plus étrangère au monde chrétien où, par exemple, on connaît bien le pasteur «écolo-pacifiste» de France ou d'Allemagne, autant que l'énergumène sectaire d'Irlande du Nord ou du Transvaal... Mais ici le problème n'est pas seulement théologique ou culturel, il est directement politique, et c'est même la clef la plus importante pour comprendre la situation actuelle.
 
Les deux versions opposées du chiisme partent de deux sources bien distinctes. À l'est, l'intégrisme sunnite indo-pakistanais a ciblé, depuis fort longtemps, le chiisme local comme une doctrine «semi-païenne». Or, il se trouve que de Jinnah à la famille Bhutto, nombreux sont les chiites à avoir participé dans un rôle de premier plan à la naissance et au développement du Pakistan, tandis que d'autres aristocrates de même obédience ont demeuré dans des positions enviées en Inde. L'idéologie populiste et intolérante d'une armée pakistanaise de plus en plus influencée par l'Arabie saoudite aura fait le reste. La persécution des chiites est l'article de foi numéro un des talibans et de leur soutien saoudo-pakistanais.
 
Tout à l'opposé, se situe la doctrine d'une partie de l'intégrisme iranien qui, derrière l'association du clergé combattant, contrôle une bonne part de l'État persan. Pour cette génération de clercs formés dans la haine tout ensemble du régime impérial et du marxisme, la source principale d'inspiration a souvent été sunnite, celle des Frères musulmans égyptiens. Nous retrouvons intacts ces deux courants dans la mêlée actuelle. Le président iranien Ahmadinejad, héritier explicite du clergé combattant du défunt ayatollah Behechti, voudrait à toute force effacer le conflit sunnite-chiite qu'attisent, au contraire, Pakistanais et Saoudiens.
 
L'actuelle situation confine en ce moment même au surréalisme, mais sans doute pas pour très longtemps. La faction intégriste au pouvoir à Téhéran a, par exemple, libéré un fils de Ben Laden, Saad – qui était placé jusqu'à présent en résidence surveillée à Yazd, au centre de l'Iran –, afin de prôner la solidarité des intégristes sunnites avec le combat du Hezbollah libanais. Il est vrai que, depuis leurs cachettes, Ben Laden père et son associé égyptien Zawahiri n'ont cessé d'émettre des réserves sur la systématicité antichiite des actions que menait, en ayant usurpé leur autorité, le Jordanien Zarqaoui sur le terrain irakien. Cela dit, les deux auteurs du 11 Septembre sont trop tributaires de leurs hôtes civils et militaires pakistanais pour pouvoir pousser trop loin le rappel à l'unité, de même que les sympathies évidentes des Frères musulmans égyptiens et du Hamas palestinien pour le nouveau cours terroriste de l'État iranien ne parviennent toujours pas à faire cesser l'affrontement entre sunnites et chiites, à Bagdad.
 
Il y a des raisons secondaires à la poursuite de cet affrontement, telles que l'intervention discrète de subsides saoudo-pakistanais foncièrement antichiites. De même, un certain nombre d'éléments chiites libéraux, derrière Allaoui et Chalabi, ne sont pas mécontents que la minorité sunnite d'Irak se soit d'elle-même enfermée dans une attente sanglante et sectaire (bien plus meurtrière évidemment que l'actuelle contre-offensive israélienne, au Liban). Toutefois, la cause principale ne tient pas à telle ou telle conspiration externe, mais tout simplement à la volonté d'une large majorité chiite du pays, longtemps bafouée, et par ailleurs détentrice des véritables lieux saints de leur croyance, de relever enfin la tête. Il s'agit là d'une logique redoutable pour une fraction de la mollahcratie iranienne. Si le grand ayatollah Sistani, qui est lui-même iranien, réussit en Irak, il aura démontré qu'une culture religieuse chiite majoritaire peut s'affirmer dans le cadre d'institutions électorales sincères et d'une liberté religieuse certaine, tout en renforçant pacifiquement le rôle du clergé. Ce programme, c'est tout simplement celui des progressistes iraniens de l'ancien président Khatami et de son frère, et celui-là même, de plus en plus clairement, des pragmatiques à la Rafsandjani.
 
En politique extérieure, ce grand tournant implique le succès de la démocratie libanaise, la victoire d'éléments pragmatiques en Syrie et aussi en Arabie saoudite, l'alliance stratégique et économique avec la Turquie et, surtout, l'association avec les États-Unis, à Bagdad et à Kaboul aujourd'hui, très évidemment à Beyrouth et à Ramallah demain. Devant une telle menace potentielle de renversement des alliances au Moyen-Orient, on comprend mieux que ceux qui savent déjà qu'ils y seront sacrifiés à Téhéran aient pu demander à leurs amis du Hezbollah libanais d'interrompre cette évolution si dangereuse. Au risque, bien sûr, de faire perdre à Nasrallah et aux siens tout ce qu'ils avaient laborieusement gagné au Liban, en se refusant depuis deux ans à jouer le rôle de police supplétive de la Syrie.

19:56 Écrit par Cerber dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/08/2006

Standing in the sadows of Motown

Je viens de revoir Standing in the shadows of Motown et je voulais absolument conseiller ce film "documentaire/musical". C'est toujours un plaisir de le revoir et de réécouter tous ces standards.
Il vous montrera comment "the best hitmachine in music history" a vu le jour, comment une bande de passionnés bourrés d'autant de talents on réussi pendant plus de 10 ans à créer les plus grands standards de tous les temps dans une petite cave.

De "(Love Is Like A) Heat Wave" à "Reach Out I’ll Be There", de "Shotgun" à "What Becomes Of The Brokenhearted", de "Cloud Nine" à "What’s Going On", de "stop in the name of love", "please mr postman", "where did our love go", "my girl", "reach out", "standing in the shadow of love", "what's going on", "dancing in the street", "my world is empty without you", "yo can't hurry love",  etc etc etc ce sont eux qui sont derrière le son qui a bercé des générations.

Avec ceux qui sont encore parmi nous:
Joe Messina – Guitar, Eddie Willis – Guitar, Joe Hunter – Keyboards, Johnny Griffith – Keyboards, Bob Babbitt – Bass, Richard “Pistol” Allen – Drums, Uriel Jones – Drums, Jack Ashford – Vibes and Percussion

Ceux qui nous ont quitté:
Robert White – Guitar, Earl Van Dyke – Keyboards, James Jamerson – Bass, Benny “Papa Zita”Benjamin – Drums, Eddie “Bongo” Brown – Congas

et la "nouvelle génération":
Joan Osborne, Chaka Khan, Meshell Ndegeocello, Bootsy Collins, Ben Harper, Gerald Levert, Montell Jordan.

En résumé, je le recommande chaudement à ceux qui aiment et je le conseille très fortement à ceux qui n'ont pas connu pour découvrir.

Un résumé du film: "En 1959, Berry Gordy monte son label Motown et deniche un certain nombre de musicos dans les clubs de Detroit. Il les enferme dans un petit studio à Detroit et les fait travailler à la chaine avec tous les artistes de son label.
Alors que ses artistes ont droit à des campagnes marketing sur mesure, les funk brothers sont payés par session, et pas des masses.
Un nombre faramineux de hits plus tard, alors que Motown est delocalisée à Los Angeles, les musiciens qui ont réellement créé le Motown sound sont laissés derrière."

They are Motown's unsung heroes. Known as The Funk Brothers, the studio band put the backbeat into hits for Diana Ross & The Supremes, Marvin Gaye, Stevie Wonder, Smokey Robinson & The Miracles, etc.
They played on more #1 records than The Beatles, Beach Boys, Rolling Stones and Elvis Presley combined, but no one knew their names.


ps: je conseille un passage d'anthologie avec Joan Osborne chantant "what becomes of the brokenhearted"..fabuleux !

23:29 Écrit par Cerber dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : motown, detroit, funk brothers |  Facebook |

07/08/2006

Black hat: wifi piraté en 60 secondes...

La conférence Black Hat, qui était à ses débuts une réunion de hackers pas trop fréquentables, est devenue au fil du temps une référence en termes de sécurité informatique. Preuve du changement, les trois principaux sponsors de cette année: Cisco, Microsoft et Ernst & Young. Microsoft est d'ailleurs venu présenter Vista en général et sa partie sécurité en particulier, ce qui s'est visiblement bien passé avec des commentaires que l'on pourrait résumer par "ils ont enfin compris qu'il ne fallait pas sortir un gruyère".

Du côté wifi malheureusement ce n'est pas aussi réjouissant. Mis à part les failles d'un réseau wifi installé à la va vite par un particulier n'y connaissant rien ou pas grand chose et qui retrouve plus de monde sur son réseau que les Rolling Stones dans un stade, les problèmes semblent se situer au niveau des pilotes.

Hellch & Maynor ont en effet démontré une méthode permettant de pirater le wifi d'un MacBook Pro en moins de 60 secondes. Cette faille n'est pas limitée au MacBook en particulier car elle ne dépend qu'indirectement d'Apple.

En effet, les pilotes de Max Osx sont développés en externe et visiblement on ne leur laisse que peu de temps pour finaliser leur boulot. Ces pilotes sortent donc sans que l'ensemble des tests de sécurités ne soient effectués.

Apple et Micosoft ont étés avertis de la faille et du process, de plus la présentation a été faite à l'aide d'une vidéo de la manipulation afin d'éviter que des petits malins ne suivent les étapes du piratage en "écoutant" le wifi.

Comme quoi, une bonne vieille rj45.......

 

Source 1 2 3

11:30 Écrit par Cerber dans Informatique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

03/08/2006

Années 80

Hé oui, on a son âge.

Comme je le disais avant hier, je vous parle d'un temps.....

Voici donc un petit patchwork des artistes de ces années là, du temps où certains savaient encore chanter... ;)

 

Commencons par Alison Moyet et sa voix incomparable, Sade et sa sensualité affolante, Jil Caplan qui a fait deux trois trucs sympas, Lisa Stansfield et son style particulier, Sister Sledge, Swing out Sister, FGTH, Earth Wind and Fire, Spandau Ballet, ABC,  Simple Minds, Howard Jones, Thompson Twins, entre autre artistes que j'avais découverts à l'époque sur la bbc à l'émission Top of the Pops .

Si vous voulez en réentendre quelques uns, je vous conseille ce site qui reprend les vidéos d'une grande série des tubes des 80's.

Bon amusement, et si vous avez d'autres links ils sont les bienvenus.

09:48 Écrit par Cerber dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musique, annees 80 |  Facebook |

02/08/2006

Warbirds

Pour rester dans les navions, ce site (en anglais) fort complet sur les avions de la deuxième guerre mondiale.

A noter ces fondus d'américais qui reconstruisent des Messerschmitt Me262 dont l'un des plus célèbres pilotes fut Walter Nowotny.

(A noter que le Messerschmitt Me 262 existe aussi en modèle "réduit"....)

On notera la formidable évolution des chasseurs en à peine une grosse vingtaine d'années entre le Me262 et le Fokker Dr1 de Manfred von Richthofen l'as des as de la première guerre mondiale surnommé le "Baron Rouge", allusion à la couleur de son triplan.

10:38 Écrit par Cerber dans Aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : warbirds, ww2, messerschmitt, 262 |  Facebook |

01/08/2006

Top Gun à la retraite

Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, celui des dents blanches d'un Tom Cruise ne naviguant pas encore dans des sectes malsaines mais aux "commandes" d'un des plus beaux navions du monde, le Tomcat.

Et bien c'est fini. A plus le navion, il prend sa retraite après 36 ans de bons et loyaux services. Le f14 se retire sur la pointe des pieds.

 

11:35 Écrit par Cerber dans Aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : f14, top gun |  Facebook |

Anti spyware

Comme je l'ai dit cette page est mon bac à sable, donc de nombreuses catégories s'y trouveront sans forcément qu'il n'y ait de rapport entre elles.

J'inaugure donc la rubrique utilitaires.

A force de se connecter à droite à gauche, nous accumulons tous une masse inouïe de spywares, ces petites crasses qui vous espionnent sans demander votre avis.

Pour s'en débarasser, deux challengers se font face: à ma droite Spybot search & destroy, à ma gauche Ad aware, tous deux pratiquement à égalité niveau efficacité.  

Pour les paranos, passez un coup de l'un puis un coup de l'autre à la suite, ça réserve parfois quelques surprises....

10:17 Écrit par Cerber dans Utilitaires | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : spyware, spybot, ad-aware |  Facebook |